24/7 1 844 735-2025

Avis de décès

Jacques Masounave

À Montréal, le samedi 11 novembre 2017 est décédé, à l'âge de 74 ans, Monsieur Jacques Masounave, époux de Raymonde Masounave (Hallegatte).

Outre son épouse, il laisse dans le deuil ses enfants Sylvain (Christelle Lebourgeois), Laurent (Marie-Christine Beaudry), ses petits-enfants Audrey, Béatrice et Charlotte, ainsi que parents et amis.

Au lieu de fleurs, un don à l'Institut et hôpital neurologiques de Montréal serait apprécié (https://www.alumni.mcgill.ca/give/index.php?new=1&formtype=MNI&new=1&formlang=F)

La famille accueillera parents et amis au :

3955 ch Côte-de-Liesse, Saint-Laurent

Heures des visites

mercredi le 15 novembre 2017 16:00 à 19:00
  1. Votre nom*
    Veuillez entrer votre nom.
  2. Veuillez remplir ce champ.
  3. Votre courriel*
    Veuillez entrer votre courriel.
  4. Message*
    Veuillez entrer votre message.
  5. Code de sécurité*
    Code de sécurité
    Veuillez entrer le bon code de securité.

Témoignages à la mémoire de Jacques Masounave

Chantal et Louis POUTIER
17 novembre 2017
Mon ami de longue date rencontré au patronage Saint Médard pendant notre adolescence nous a quitté en nous laissant avec nos souvenirs. Que de souvenirs et de bons moments passés ensemble pendant toutes ces années. Je me souviendrai toujours de ta disponibilité et de ta gentillesse pour tous les cours de mécanique que tu m’as donné à Jussieu pour préparer et obtenir mon B.P. Mais en plus des moments sérieux il y eut les vacances avec Nouvelles Frontières ou tu as rencontré Raymonde, les vacances dans les Pyrénées avant votre départ pour le nouveau monde Jacques tu as rejoint les étoiles que tu aimais tant. Nous nous souvenons, entre autres, de nos vacances en Périgord quand tu passais tes nuits sur la terrasse avec la lunette astronomique du cousin et des longues explications que tu nous donnais le lendemain avec une patience infinie. Votre sens de l’accueil, à toi et à Raymonde lors de nos vacances au Canada restera à jamais gravé dans notre cœur. Au revoir Jacques
Jean francois chatelain
16 novembre 2017
Quelle tristesse le décès de Jacques qui fut un mentor et un modèle de sagesse pour moi. Au delà de la science, et comme les autres témoignages le mentionne, Jacques était un être humain profondément bon. Sa générosité s’est traduite à mon endroit par un très sérieux coup de main dès le début de ma carrière alors qu’il m’a offert de me dispenser d’une charge de cours pour bien démarrer ma recherche. Quel geste d’altruisme remarquable, alors que je n’étais qu’un étranger qui arrivait au département. J’ai appris à travailler avec Jacques et quel plaisir ce fut! Nous avons notamment planifié, discuté et réalisé ensemble deux demandes de subvention majeures et, malgré le caractère aride de la chose, ce fut paradoxalement des moments mémorables que je n’oublierai jamais. Ces « sprints » de travail, voyant les dates d’échéance arriver, étaient devenues parties de plaisir avec des moments « café » virant en discussion touchant autant la science, la société que l’humain. Je conserve un souvenir de ces années, où Jacques était au département, comme une époque extraordinaire. Je remercie la vie d’avoir mis le professeur Masounave sur mon parcours.
Frédéric Laville
15 novembre 2017
Les témoignages précédents qui présentent les multiples qualités de Jacques raisonnent très juste en moi : quand je l’ai connu à mon arrivée à l’ÉTS en 1993, j’ai rapidement découvert une personne remarquable à la fois sur les plans professionnel et personnel. Quel bonheur que de trouver sur les lieux de mon travail dans la même personne à la fois un collègue avec qui il était très agréable de collaborer et un ami qui était toujours prêt à m’écouter et à partager ce qu’il vivait. Ce que je voudrais plus particulièrement souligner, c’est sa facilité à s’ouvrir, à se présenter avec sa vulnérabilité d’être humain, ce qui permettait aux autres de s’ouvrir à leur tour et de risquer à se présenter avec leur propre vulnérabilité. Merci, Jacques, pour ta grande humanité.
Stéphane Ménard
14 novembre 2017
Jacques ne refusait jamais d’aider un étudiant, même si l’étudiant avait gradué il y a plus de 10 ans. Je sais que je ne suis pas le seul comme ça. Dans sa carrière, Jacques en a eu des centaines d’étudiants comme moi à s’être sentis « privilégiés »… J’ai passé tellement d’heures dans son bureau à « attendre mon tours » en l’écoutant aiguiller, aider et motiver mes collègues étudiants. Nous avons eu de nombreuses discussions techniques et personnelles, Jacques s’intéressait à la personne et souhaitait toujours l’aider aussi bien techniquement que personnellement. Avec lui, j’ai découvert le monde des matériaux et de la métallurgie et c’est grâce à lui si je trouve mon travail si passionnant. Au nom de tous ces « privilégiés », je tiens à vous remercier d’avoir « partagé » Jacques avec nous, de lui avoir permis de passer autant de temps à l’école, souvent tard le soir…J’aime croire que tout ce temps passé loin de sa famille n’a pas été vain car il y en a des centaines comme moi qui lui sont reconnaissant. Merci Jacques!
Armelle Parey
14 novembre 2017
Je suis bien triste. Je ne suis que la fille d'une amie de Jacques et je pleure aujourd'hui sa disparition, c'est dire si Jacques savait tisser des liens et les entretenir. Nous vivons en France et Jacques a fait des apparitions ponctuelles, souvent surprises dans nos vies. Et c'était alors une longue soirée à discourir et échanger sur la vie, pipe en main. Je me sens privilégiée d'avoir pu bénéficier de sa bienveillance, d'avoir été témoin de ses conversations et de ses questionnements comme accompagnement de mon propre développement. Il me semble que Jacques était curieux de tout, allant même jusqu'à lire un chapitre de ma thèse (en littérature anglophone!) lors d'un de ses passages en Normandie. Il n'y a pas beaucoup d'amis de mes parents qui ont fait cette lecture ! Je me souviens de son œil pétillant quand il s'apprêtait à dire quelque chose qu'il trouvait amusant. Je tiens forcément à souligner son indéfectible fidélité en amitié, continuant de prendre des nouvelles de ma mère elle aussi atteinte d'une maladie dégénérative, de son humour et de son auto-dérision pour parler des ravages de la maladie, de son amour discret, au détour d'une phrase, pour sa famille. Gardons précieusement nos souvenirs.
Claudine COLLART-TAKVORIAN et Jean-Michel
14 novembre 2017
Jacques notre Grand Frère, Comme tu le disais dans ta dernière lettre numérisée, te voici parti vers le Nirvana, et nous sommes tristes et un peu plus seuls. Nous nous sommes connus à Maison Alfort en France (Val de Marne), comme voisins avec Raymonde alors que tu donnais des cours de Physique et de Mathématiques. C’est toi Jacques, avec le frère aîné de mon père qui m’avez initiée à la Physique et grâce à qui je suis devenue ingénieure en Physique Nucléaire à Orsay (près de Paris). Ensuite avec un groupe de copains/copines, nous allions camper et faire des escalades en forêt de Fontainebleau. L’été 1968 nous découvrions ensemble la Turquie et l’Arménie (mon père est né en 1911 à Constantinople (aujourd’hui Istanbul). L’été 1969 le groupe de "pionniers des voyages organisés" que nous étions, découvrait le Mexique ; puis vous êtes partis au Canada avec Laurent et Sylvain. En 1972 alors que je venais de passer ma thèse, Jacques et Raymonde m’ont accueillie à Montréal pour décompresser. Nous avons visité la région et assisté ensemble à un concert des Platters ! Nos correspondances numérisées ont commencé dès lors. Nous parlions de la vie, des événements politiques, du temps qui passe… Vous reveniez de temps en temps nous revoir en France. Mais avec le temps nos santés respectives sont parties en quenouille … Comme tu le disais dans ta dernière correspondance de mars 2017 : « La vie continue dans nos cœurs. Ce sont nos souvenirs qui continuent l’œuvre d’une vie. ». Que Dieu t’accueille dans son royaume avec ceux qui ont déjà rejoint le Père dont ton frère Michel qui te manquait tant.
S.Nadeau
14 novembre 2017
Vivre de sciences n'a de sens que dans le partage et l'entre-aide. Merci Jacques.
Daniel Gagnon
14 novembre 2017
Toutes mes sympathies à ses proches, j’ai été habilement et amicalement supervisé par Jacques pendant mes études graduées à l’ETS. Au fil des ans, nous avons eu de nombreuses discussions techniques, mais Jacques s’intéressait tout autant à la personne et à son bien-être et c’est-ce qui m’a marqué chez lui. Bonne route Jacques, merci pour ton amitié et tes judicieux conseils.
Rizzi
14 novembre 2017
Vieil ami depuis 1964...Séparés par la distance géographique mais jamais par le cœur je prie Dieu de te prendre dans son Amour toi qui est le contre exemple de la parole de St Jean: « Celui qui dit aimer Dieu et n’aime pas son frère est un menteur »... Alors à Dieu !!! Jean-Claude Rizzi
Martin VIENS
14 novembre 2017
Lors de mes tout débuts à titre de professeur de l'ÉTS, Jacques a été le premier à me proposer des collaborations, à codiriger des étudiants avec moi, à me conseiller dans le développement de ma carrière qui prenait un tout nouveau tournant. Bien au-delà d'un support technique et scientifique, Jacques s'intéressait également à notre équilibre de vie, à nos engagements extra-muraux, à notre famille et à nos enfants. Il passait de longues heures dans mon bureau à parler de tout et de rien. Il était bien plus qu'un professeur; il était un collègue, un mentor, une inspiration. Jacques, bien que je te savais malade depuis plusieurs années, ton départ m'a choqué. Sache trouver le repos après cette vie jonchée d'accomplissements aussi significatifs les uns que les autres. Tu garderas toujours une place importante dans ma mémoire.
Victor SONGMENE
13 novembre 2017
Professeur Jacques Bounahoun Masounave, Te voilà enfin en repos après un passage sur terre remarquable; Tu as laissé plein d’empreintes. Tu as marqué plus d’une âme. Que ce soit à travers ton temps que tu donnais généreusement ou à travers tes précieux enseignements, que ce soit à travers ta rigueur ou ton humanisme, que ce soit de par ton stoïcisme ou ta patience, Tu ne voyais jamais le temps passer. Combien de fois avons-nous quitté l’université après 22h ! Combien de fois avons-nous révisé et révisé des articles ou des demandes de subvention! Combien de fois avons-nous parlé de l’Homme, de la vie et de Dieu! Combien de fois avons-nous parlé des misères du monde et du sens de la vie sur terre ! Oui, le temps ne passait jamais avec toi; Oui, le temps n’effacera pas tes empreintes; Oui, de là oú tu es, tu continueras à veiller sur tes êtres chers; Puisses le Très-Haut t’accorder une place de choix auprès de lui.

Captation des rituels

Urgel Bourgie / Athos met à la disposition de la famille et amis un service de captation des rituels en ligne.
Ce service est accessible à partir d’un ordinateur, d’une tablette ou d’un téléphone intelligent, pour tous ceux qui ne peuvent assister à la cérémonie sur place.

Le pictogramme ci-dessous, se trouvant dans la section avis de décès, vous permet d’accéder à la captation des rituels.

Le service de captation des rituels est disponible aux complexes funéraires Beaumont, Beaubien et Lasalle et aux cimetières Côte-de-Liesse et Saint-Hubert.

N’hésitez pas à communiquer avec nous au 1 844 735-2025 pour plus d’informations.

 
scrypta
logo signature prf thanatologue logo consommateur ub 2017 100pourcent

Prise de rendez-vous
  1. ATHOS

    Nous communiquerons avec vous
    dans les meilleurs délais.

    X
  2. Je souhaite obtenir de l'information, et ce, sans obligation de ma part à propos :
    Veuillez cocher au moins une des 5 options ci-dessus
  3. Je suis
    Veuillez entrer votre prénom
  4.  
    Veuillez entrer votre nom
  5. Mon courriel
    Veuillez entrer votre courriel
  6. Mon téléphone
    Veuillez entrer votre téléphone
  7.  
    Invalid Input
  8. Mon code postal
    Veuillez entrer votre code postal
  9. Communiquez avec moi par :
    Veuillez choisir votre mode de communication
  10.